HÔPITAUX UNIVERSITAIRES  

HENRI MONDOR 

ORTHOPÉDIE  

TRAUMATOLOGIE 

CHIRURGIE DU RACHIS 

Département Médico-Universitaire CARE (Pr. P. DESGRANGES) 

51, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny - 94010 Créteil Cedex - France 

Tél : +33 1 49 81 26 07 

Fax : +33 1 49 81 26 08 

SERVICE DE CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE ET TRAUMATOLOGIQUE 

Chef de service : Pr. C.H. FLOUZAT LACHANIETTE 

© 2016 : Service de chirurgie orthopédique et traumatologique. Tous droits réservés. I Mentions légales 

Figure 3 : A. Différents composants d'une prothèse totale du genou. B. Correspondance radiographique.

Figure 2 : A. Ostéotomie tibiale pour arthrose fémoro-tibiale interne. B. Ostéotomie fémorale pour arthrose fémoro-tibiale externe. C. Prothèse unicompartimentale. D. Prothèse fémoro-patellaire. E. Prothèse totale du genou.

Figure 1 : bilan préoprétoire d'une gonarthrose. A. cliché de face. B. cliché de profil. C. Cliché en schuss. D. cliché fémoro-patellaire. E. Pangonogramme.

L’arthrose peut atteindre un seul compartiment dans le genou, ou plusieurs compartiments.

elle peut être incomplète avec diminution de l’épaisseur du cartilage. La surface devient irrégulière.
elle peut être complète avec disparition complète du cartilage. La surface osseuse du fémur est au contact de celle du tibia.

Traitement 

Bilan paraclinique 

Le bilan radiographique comprend des radiographies du genou de face, de profil, en schuss et un défilé fémoro-patellaire afin d’objectiver le grade de l’arthrose (complète ou non), et quel compartiment est atteint. Enfin, une radiographie du bassin est nécessaire pour éliminer une coxarthrose qui peut également se révéler par des douleurs du genou.

 

Une radiographie de l’ensemble des membres inférieurs (pangonogramme) est demandée afin d’évaluer la désaxation du memebre inférieur.

 

D'autre examens complémentaires peuvent être demandés pour aider dans la prise en charge thérapeutique.

Symptomatologie 

La douleur est le principal symptôme. Ces douleurs sont responsables le plus souvent d’un retentissement dans la vie quotidienne avec des difficultés à monter ou descendre des escaliers, des difficultés à la marche ou à s’accroupir, etc.
Le genou a tendance à présenté des épanchements à répétions (gonflements).

 

Par la suite, le genou peut s’enraidir avec une limitation de la flexion ou de l'extension.

Définition 

Le but du traitement est de soulager la douleur du patient et d'améliorer la mobilité de l'articulation.

 

Traitement médical 

 

Il associe des règles hygiéno-diététiques : perte de poids, poursuite des activités physiques (vélo, natation, etc.) et un traitement par antalgiques, anti-inflammatoires.
Des infiltrations font également partie de l’arsenal thérapeutique
Lorsque le traitement médical est dépassé, le traitement chirurgical peut être proposé.

 

Traitements chirurgicaux 

 

Les traitements de thérapie cellulaire 

Ils consistent à injecter de la moelle osseuse en sous-chondral au niveau du compartiment fémoro-tibial usé.  

Ces traitements n'ont pas pour objectif de "réparer le cartilage" mais de soulager la douleur et de retarder le mise en place d'une prothèse.  

 

Les ostéotomies (Figure 2A-B)
Le but est de traiter certaines arthroses localisées à une partie du genou ( compartiment interne ou externe)

L’ostéotomie va corriger l’axe du membre inférieur permettant une répartition des charges et des contraintes 

au niveau du genou de façon homogéne.
Elle va permettre de soulager les douleurs et de STABILISER l’arthrose chez le patient jeune, elle ne fait pas disparaître l’arthrose.

L'ostéotomie siège au niveau du tibia ou du fémur en fonction du type d'arthrose.

L’intervention se déroule sous anesthésie loco-régionale ou générale. Une incision est faite à la partie interne du genou. Afin de redresser le membre inférieur, on va créer une fracture chirurgicale et contrôlée du tibia, réaxer le membre et ajouter une cale à ce niveau afin de maintenir la réaxation. La mise en place d’une plaque est nécessaire afin de maintenir l’ostéotomie en place en attendant la consolidation osseuse.

 

Les prothèses (Figure 2C-E)

Une articulation usée ou endommagée est opérée et les surfaces articulaires sont remplacées par une articulation artificielle nommée prothèse articulaire. Les prothèses peuvent être partielles (uni- compartimentales, fémoro-patellaires) ou totales (prothèse totale de genou). Le but recherché est de supprimer les douleurs causées par l'usure ou la détérioration du cartilage articulaire, restaurer la mobilité et idéalement corriger les déformations du membre inférieur.

L’intervention est réalisée sous anesthésie loco-régionale ou générale.
Une incision est faite à la partie antérieure du genou. A l’aide de matériel spécifique, le chirurgien retire l’ensemble du cartilage endommagé et les remplace par des surfaces métalliques au femur et au tibia (Figure 3A-B). Entre les deux surfaces métalliques, un implant en plastique est mis en place. Pour fixer les pièces métalliques dans l’os, du ciment acrylique associé à des antibiotiques est utilisé.

La gonarthrose correspond à l’usure du cartilage dans le genou. Le cartilage recouvre les extrémités osseuses du fémur et du tibia permettant le glissement entre ces deux structures
Cette usure est variable :

Gonarthrose